Fermer

Le burn-out : maladie professionnelle ?

Publié le 09/10/2018 dans ACTUALITES

Le burn-out

Le burn-out, en passe d’être reconnu officiellement comme maladie professionnelle ?
C’est encore loin d’être le cas, mais, chose encourageante, ce sujet épineux a été débattu l’Assemblée Nationale, notamment dans le cadre du projet de loi sur le dialogue social soumis par le ministre du travail, François Rebsamen.

Ainsi, la qualification du burn-out comme maladie professionnelle (et de ce fait la reconnaissance de la cause professionnelle de ce mal), permettrait, déjà, de créer des statistiques plus fiables sur le sujet. En effet, jusqu’à maintenant, les chiffres sur le burn-out diffèrent de façon notable selon les sources et les études. Certains sondages avancent que 12% de la population active en souffrirait mais d’autres chiffres grimpent à 25, voire même à 50% ! Inutile de dire qu’une telle amplitude dans les chiffres contribue à galvauder ce terme de burn-out, voire à en faire une sorte de légende urbaine… Désolant, quand, en tant que formateur, on sait et on voit les souffrances que ce syndrome d’épuisement professionnel peut engendrer chez certaines personnes… Ainsi, la première chose à faire serait de donner une définition claire et légale à ce terme.

Plus important encore, la reconnaissance du burn-out comme une maladie professionnelle permettrait à ceux qui en souffrent d’être véritablement reconnus et surtout indemnisés convenablement par leur régime social. En effet, jusqu’à maintenant, les démarches à entreprendre pour faire reconnaître son état comme un burn-out (et ce même quand cela a entraîné une tentative de suicide ou un suicide) sont tellement lourdes et complexes que peu de personnes s’y risquent.

Enfin, cela obligerait les entreprises à prendre des mesures contre cette maladie, et permettrait même, peut être, de les tenir comme «  responsables  » de possibles «  épidémies  » (comme cela a pu notamment arriver chez France Telecom…) ! Ainsi, l’épanouissement au travail, la lutte contre le stress, le bien-être professionnel deviendraient de réelles préoccupations pour l’entreprise…
Affaire à suivre donc !



ut ut pulvinar vulputate, nec felis