Fermer

6 conseils pour trouver la bonne distance

Publié le 02/05/2022 dans MICROCOACHING | Management d’équipe

6 conseils pour trouver la bonne distance
Trouver la bonne distance est une question majeure du management d’équipe, et permet de paraître légitime. Tout est donc une question de positionnement face à l’équipe évidemment, mais aussi face à la direction. Surtout que tout faux-pas “se paye cash”…

Découvrez les conseils et astuces MICRO-COACHING

Jouez sur l’authenticité plus que sur la transparence : vous n’êtes pas censé tout dire à votre équipe, même si vous devez évidemment la garder informée. Donnez-lui le plus d’infos possible, mais mettez des limites franches et claires sur ce que vous pouvez dire (ou pas).

Tutoyez vos équipes… ou vouvoyez-les. Cela n’a d’importance que si, primo, vous ne respectez pas la culture d’entreprise sur ce sujet (si par exemple vous vouvoyez alors que le reste de l’entreprise se tutoie) et secundo, si vous faites des différences au sein de votre équipe. Dans les deux cas, expliquez toujours les raisons de votre choix de manière claire.

Même chose pour les sorties : peu importe que vous buviez des verres avec vos collègues ! L’important est la façon dont vous l’envisagez et dont vous le cadrez une fois de retour au travail, surtout si vous êtes le seul manager à le faire…

Précisez à vos équipes les informations que vous faites remonter à la direction (plaintes, attentes de formation, mal-être, besoins importants décelés, conflits…), et procédez de même dans l’autre sens. L’important n’est pas de tout dire ni de tout faire, mais de faire ce que l’on dit et dire ce que l’on fait !

Reconnaissez vos erreurs. Il n’y a rien de pire, en terme de légitimité, qu’un chef dans le déni : cela entraine de la démotivation, de la colère, des conflits… Vous n’êtes pas censé être parfait ! En revanche, vous êtes censé savoir vous remettre en cause…

Sachez alterner les moments formels (entretiens, réunions…) et les moments informels (discussions à bâtons rompus, repas pris en commun, pauses-cafés…). Les deux sont importants : les premiers servent souvent à mettre du cadre, et les seconds à créer du lien.

MINI-EXERCICE

Vous êtes un nouveau manager et assistez donc à certains réunions, au cours desquelles on vous donne des informations qui ne seront rendues publiques que plus tard. Au sortir d’une de ces réunions, l’un des membres de votre équipe, avec qui vous êtes ami et que vous voyez en dehors du travail, vous “cuisine” pour que vous lui donniez des informations sur ce qui s’est dit pendant la réunion. Comment réagissez-vous ?

1/ Vous lui dites : “Mets-toi donc à ma place, que ferais-tu si tu étais mon chef ?”
2/ Vous lui répondez : “Je n’ai pas le temps de te parler, on se voit plus tard ?”. Vous l’évitez ensuite soigneusement pour ne pas avoir à répondre à ses questions.
3/ Vous lui dites  : “Je sais que tu es inquiet et je suis moi-même gêné de ne pouvoir rien te dire, mais si je te dis quelque chose je perdrai ma crédibilité”.
4/ Vous lui donnez quelques informations fausses ou sans grande valeur et en lui disant qu’il doit garder le secret. Si l’équipe entière est au courant demain, vous saurez d’où la fuite provient !

Cliquer ici pour voir les résultats

➜ La meilleure réponse est la 3 :
En effet, ce qui est important ici, c’est que vous verbalisiez votre émotion et l’émotion que vous ressentez chez votre collègue. En effet, on peut se demander pourquoi il vous “cuisine”, sachant que vous êtes son chef et que vous êtes tenu de ne rien divulguer. De plus, l’argumentation est crédible ici, et vous ne vous cachez pas derrière des prétextes ou des excuses toutes faites.

➜ La réponse 1 n’est pas la plus efficace car vous risquez de vous retrouver dans une situation délicate si votre collègue vous dit par exemple : “et bien moi je te dirais tout, au nom de notre amitié”. Et puis, c’est vous le chef, pas lui, alors il faut assumer votre rôle jusqu’au bout !

➜ Pour la réponse 2, c’est très maladroit d’agir ainsi. Si vous expliquez vos raisons posément, l’autre peut très bien comprendre que vous ne puissiez rien lui dire. En agissant ainsi, vous vous comportez en chef fuyant qui, encore une fois, n’assume pas sa fonction !

➜ Enfin, concernant la réponse 4, sachez que la guerre froide est terminée !