Fermer

6 conseils pour gérer les conflits dans une équipe

Publié le 01/10/2019 dans MICROCOACHING | Gestion de conflits
6 conseils pour gérer les conflits dans une équipe

Les managers sont unanimes sur ce point, et vous serez certainement d’accord avec eux : s’il y a une chose qui les ennuie dans leur travail, et qu’ils rechignent à faire, c’est bien la gestion des conflits. Malheureusement, leurs équipes attendent d’eux qu’ils « règlent ou du moins arbitrent ce genre de situation, et leur non-intervention est souvent très mal vécue. Alors que faire ?

Découvrez les conseils et astuces MICRO-COACHING

Acceptez et verbalisez le fait qu’être en désaccord avec quelqu’un à un moment donné est NORMAL : c’est le contraire qui serait inquiétant. Accepter de travailler en équipe, c’est donc accepter de ne pas être toujours du même avis que les autres  : il ne faut pas l’oublier, même si le mantra de votre hiérarchie est « Pas de vagues ».

Agissez rapidement. Un simple désaccord peut rapidement se transformer en guerre des tranchées, et contaminer l’ensemble de l’équipe. Il est donc important d’agir vite, afin de ne pas laisser la situation dégénérer.

Rappelez les règles à respecter et les objectifs à atteindre ensemble. Et insistez sur le fait que dans une équipe, le but n’est pas d’aimer tout le monde, mais d’arriver à travailler même avec des personnes que l’on n’apprécie pas forcément.

Restez aussi impartial que possible. Le but n’est pas de trouver un coupable, ou de forcément donner raison à l’une ou l’autre personne. Si l’une d’entre elles pense que de toutes façons vous avez pris parti pour l’autre, votre intervention perdra en pertinence et crédibilité.

Encouragez vos collaborateurs à parler franchement, en veillant à ce que chacun reste respectueux de l’autre, et dise ses ressentis plutôt des jugements sur l’autre. Le but est de favoriser leur empathie mutuelle en faisant en sorte que chacun « comprenne » la situation de l’autre, avec ses contraintes, ses besoins, ses manques…

Ne donnez votre « solution » qu’en dernier recours et seulement si vos collaborateurs ne sont pas arrivés à en trouver une par eux-mêmes. Et proposez, si vous le pouvez, une sorte de « période d’essai » pendant laquelle les collaborateurs testeront votre solution. Faites le point avec eux à la fin de cette période d’essai, et corrigez le tir si besoin.

MINI-EXERCICE

Parmi les phrases-ci-dessous trouvez celles qui sont des jugements envers autrui, et celles qui expriment un ressenti :

1/ J’ai l’impression qu’il est complètement incompétent
2/ Je suis blessée par ce qu’il m’a dit hier et ça me met en colère
3/ Il fait toujours les choses de travers même si je lui montre cent fois comment faire

Cliquer ici pour voir les résultats

1/ J’ai l’impression qu’il est complètement incompétent.
JUGEMENT : Ce n’est pas parce qu’il y a les termes «  j’ai l’impression que  » que ce qui suit est forcément un ressenti  et non un jugement !

2/ Je suis blessée par ce qu’il m’a dit hier et ça me met en colère.
RESSENTI : Dans cette phrase, il n’y a aucun jugement sur la personne en question. La personne qui parle prend la responsabilité de son émotion, et la verbalise correctement. Elle utilise le mot « je », et explique ses sentiments par sa perception d’un comportement !

3/ Il fait toujours les choses de travers même si je lui montre cent fois comment faire.
JUGEMENT, qui prend la forme d’une généralisation abusive (« toujours », « cent fois » sont des termes généralisants et beaucoup trop vagues).



mattis ante. dapibus dictum elementum dolor Donec amet, mattis