Fermer

6 conseils pour manager d’anciens collègues

Publié le 26/05/2019 dans MICROCOACHING | Management d’équipe
Manager d'anciens collègues

Il est parfois difficile de devenir le chef d’anciens collègues, car il faut construire son leadership en composant avec les rivalités, les jalousies, les liens d’amitié et de familiarité qui se sont créés au fil du temps. Alors comment faire en sorte que votre promotion semble légitime ?

Découvrez les conseils et astuces MICRO-COACHING

Ne changez pas de comportement soudainement. Il est inutile d’éviter vos collègues ou d’arrêter de blaguer avec eux parce que vous êtes devenu leur supérieur hiérarchique : ils auraient l’impression que vous avez attrapé la grosse tête. Au contraire, restez vous-même ! L’important est de bien mettre au clair les rôles de chacun.

Réunissez vos collaborateurs pour clarifier la situation dès le début. Dites votre joie d’avoir été promu, reconnaissez le travail de chacun, rappelez la connaissance que vous avez du terrain. Précisez que vous connaissez leurs difficultés parce que c’était les vôtres peu de temps avant, et que vous ferez tout pour les soutenir.

Rappelez les règles du jeu, c’est à dire les droits et les devoirs de chacun, ainsi que votre façon de fonctionner au quotidien : disponibilité, communication, autonomie et responsabilités… Rappelez également vos objectifs, ainsi que ceux de l’équipe ou du service. Annoncez ce qui va se passer sur les prochains mois.

Organisez une série d’entretiens individuels si possible, pour discuter avec vos anciens collègues, les rassurer et les remotiver. Et si l’une de ces personnes convoitait votre poste, n’éludez pas la question. Au contraire, parlez-en avec elle, privilégiez l’authenticité et la sincérité. Valorisez son expérience, son envie de progresser, ses atouts.

Usez de votre devoir de réserve. Auparavant, quand un collège vous disait “T’as vu ce qu’a dit le directeur ? C’est vraiment n’importe quoi !”, vous pouviez répondre de façon spontanée. Maintenant, votre statut vous force à faire plus attention à ce que vous dites. Critiquer la direction dans son dos n’est plus possible !

Assumez vos nouvelles fonctions sans rougir. Si l’on vous a choisi, c’est que l’on vous pensait capable de les assumer, même si manager c’est aussi prendre des décisions difficiles quelquefois. Dites-vous aussi que vous ferez des erreurs, comme tout le monde, car personne n’est infaillible !

MINI-EXERCICE

Vous êtes un nouveau manager et assistez donc à certains réunions, au cours desquelles on vous donne des informations qui ne seront rendues publiques que plus tard. Au sortir d’une de ces réunions, l’un des membres de votre équipe, avec qui vous êtes ami et que vous voyez en dehors du travail, vous “cuisine” pour que vous lui donniez des informations sur ce qui s’est dit pendant la réunion.
Comment réagissez-vous ?

1/ Vous lui dites : “Mets-toi donc à ma place, que ferais-tu si tu étais mon chef ?”

2/ Vous lui répondez : “Je n’ai pas le temps de te parler, on se voit plus tard ?”. Vous l’évitez ensuite soigneusement pour ne pas avoir à répondre à ses questions.

3/Vous lui dites “Je sais que tu es inquiet et je suis moi-même gêné de ne pouvoir rien te dire, mais si je te dis quelque chose je perdrai ma crédibilité”.

4/ Vous lui donnez quelques informations fausses ou sans grande valeur et en lui disant qu’il doit garder le secret. Si l’équipe entière est au courant demain, vous saurez d’où la fuite provient !

Voir les résultats

➜ En effet, ce qui est important ici, c’est que vous verbalisiez votre émotion et l’émotion que vous ressentez chez votre collègue. En effet, on peut se demander pourquoi il vous “cuisine”, sachant que vous êtes son chef et que vous êtes tenu de ne rien divulguer. De plus, l’argumentation est crédible ici, et vous ne vous cachez pas derrière des prétextes ou des excuses toutes faites.
La réponse 1 n’est pas la plus efficace.

Vous risquez de vous retrouver dans une situation délicate si votre collègue vous dit par exemple : “et bien moi je te dirais tout, au nom de notre amitié”. Et puis, c’est vous le chef, pas lui, alors il faut assumer votre rôle jusqu’au bout !
Pour la réponse 2, c’est très maladroit d’agir ainsi.

Si vous expliquez vos raisons posément, l’autre peut très bien comprendre que vous ne puissiez rien lui dire. En agissant ainsi, vous vous comportez en chef fuyant qui, encore une fois, n’assume pas sa fonction !
Enfin, concernant la réponse 4, sachez que la guerre froide est terminée !



sit dolor consectetur vulputate, eleifend Curabitur venenatis